vendredi 17 décembre 2010

Flashmob dans la cour du Collège !

Félicitations

à Hugo et Matthieu Thorel élèves en classe de 5è

pour l'organisation de cet événement artistique au collège,

où des élèves et quelques professeurs se sont "lâchés"

sur une chanson de Michael Jackson !

Encore BRAVO !!!

Diaporama complet disponible sur le site du collège

Vidéo du Flashmob




video

Voir aussi la Vidéo et le montage de Paul Duhamel à cette adresse : http://www.youtube.com


Au Lycée des Flandres : Une bonne saison de Cross Country

Mercredi 15décembre, se sont déroulés, à Fourmies, les Championnats d’Académie de cross-country. Le Lycée des Flandres d’Hazebrouck y était représenté par une douzaine d’élèves qui s’étaient illustrés la semaine précédente déjà, au cours de la phase départementale : Anaïs Ollivier décrochant l’argent dans la course Junior filles et l’équipe des cadets Garçons, composée de Basile Crusson, Romain Brunner, Clément Ducheine, Anthony Carton, Antoine Daubigny, Clément Riera, Julien Bouwyn et Jordan Vanlerberghe se contentant du bronze, et Adeline Hannocq (une gymnaste !) obtenant sa qualification en individuel dans la course des cadettes

Mercredi, à Fourmies , dans des conditions météorologiques exécrables (froid, neige et pluie mêlées) à l’issue de très belles courses d’un niveau très relevé, Anaïs se contentait cette fois de la troisième marche du podium et les cadets de la 10e place par équipe. Déception pour Anaïs qui rate d’une place la qualification aux championnats de France UNSS, mais grosse satisfaction pour le groupe fort d’une quinzaine d’élèves qui a fait preuve de cohésion et de solidarité et termine honorablement cette saison de cross-country .

12h45 dans la cour du Collège !

Ne ratez pas à 12h45, la Flashmob', dans la cour du Collège !
organisée par Hugo et Matthieu Thorel.

Michael a trouvé sa relève !

Concert de Noël

Découvrez le diaporama du concert de Noël à cette adresse : http://www4.ac-lille.fr/~clgflandres/musique/LGV-dec2011/index.html

Écouter un extrait du concert :

video

jeudi 16 décembre 2010

Concert de Noël 2010

De la folie ce soir au restaurant scolaire de la cité scolaire des Flandres !


Un spectacle mené de main de maître par M Hénin, le « prof de musique » du collège.

Passage en revue de quelques chants de noël, mais à la sauce Hénin, avec la chorale LGV.

Un spectacle enthousiasmant et original qui a bien plu aux spectateurs venus nombreux pour applaudir les élèves de la chorale.


Concert qui fut aussi l'occasion en ces temps de fête d'inviter les participants au partage en achetant un programme au bénéfice de l'association des restaurants du cœur d'Hazebrouck .


Vous pouvez retrouver toutes les photos à cette adresse : http://www4.ac-lille.fr/~clgflandres/musique/LGV-dec2011/index.html

Demain, la chorale se rendra à la maison de retraite « Le clos des Tilleuls » d'Hazebrouck pour une dernière représentation avant les vacances.

lundi 13 décembre 2010

Séance d'installation au conseil départemental des jeunes.

Pour faire suite à l’élection des nouveaux membres du conseil départemental des jeunes (voir Flandres net n° 6 du 22/11/2010), le Président du Conseil général, Bernard Derosier, a procédé à l’installation de cette instance le samedi 11 décembre à 14h30.

Le représentant des collégiens du canton d’Hazebrouck nord, Amaury Arnaud de la classe de 4ème Eisenstein était présent et il s’y est montré particulièrement attentif et impliqué en posant des questions au président.

La séance s’est terminée par la visite d’une exposition consacrée aux femmes pendant la résistance et par un cocktail.

dimanche 12 décembre 2010

Olympiades de physique : Le lycée des Flandres ira en finale à Paris



Le club scientifique du lycée des Flandres, encadré par Monsieur Martel et Monsieur Dumont, a présenté deux projets aux sélections régionales des olympiades de physique ce mercredi 8 décembre.

Le premier soutenu par deux élèves de première S, Loïc MEYER et Titouan BOUVE, consistait en une recherche sur la possibilité de créer une fibre optique en gelée alimentaire afin de créer un gâteau lumineux lorsqu’on l’éclaire avec un laser.

Pour cela, il a fallu étudier des lois physiques telles que la réflexion, la réfraction , la diffusion, la réflexion totale, et ensuite après divers essais, réaliser un gâteau comestible avec l’aide d’un pâtissier professionnel, Jean-Baptiste DEBACKER.

Ce projet n’a pas été retenu pour les olympiades nationales.

Le second soutenu par deux élèves de première S, Benoit MARTEL et Alan DORMIEU, était la suite logique du travail effectué l’an dernier sur l’impesanteur par le club, qui avait permis aux élèves de participer à la campagne de vols paraboliques à bord de l’airbus du CNES.

L’expérience présentée s’intitulait « boîte à 0g ».

Elle consistait à reproduire les effets de l’impesanteur sur des objets en chute libre à l’intérieur d’une boîte lâchée par la fenêtre du troisième étage.

Les vidéos obtenues ont ainsi été comparées à celles prises pendant le vol parabolique.

Ce projet a été retenu pour les olympiades nationales les 28 et 29 janvier au Palais de la Découverte à Paris.

Il est à noter que ces élèves ont également choisi de travailler sur l’impesanteur pour leur épreuve de TPE.

Félicitations à tous pour le travail réalisé !

http://www.odpf.org/xviii/concours-national.php

Dans la presse :

L'Indicateur
"18ème Olympiades de la Physique à Hazebrouck - Sélections régionales"
(Source : Indicateur - 15/12/2010)

Pour Caspar, les élèves français sont très disciplinés.

Bonjour tout le monde,

Je m'appelle Caspar Esche et je viens de Francfort, en Allemagne. J'ai 17 ans et je vais passer un an en France! Je vais rester toute l'année au Lycée des Flandres, en 1ère ES1.
Je suis en France grâce à  une organisation qui s'appelle "AFS Vivre sans Frontière".
J'habite dans une famille d'accueil dans la petite ville de Wormhout, entre Dunkerque et Hazebrouck.

C'est la première fois que je fais une expérience longue dans un pays étranger. Au début, ce n'était vraiment pas facile de comprendre toutes les conversations en français et de m'orienter dans une culture étrangère.

L'école en France est très fatigante et plus stricte qu'en Allemagne : les élèves français sont très disciplinés et vraiment  motivés pour apprendre au lycée.
De mon point de vue, on n'a pas beaucoup de temps libre, parce que les cours durent jusqu'en fin d'après midi et que le weekend, on a beaucoup de devoirs à faire. Une heure scolaire en Allemagne ne dure que 45 minutes et l'école finit normalement vers deux ou trois heures de l'après-midi!

En Allemagne, on n’a qu'une à quatre grandes interrogations par semestre dans chaque matière ; ça dépend des disciplines. Donc il y a beaucoup moins de DS ou de DM à faire, mais il y a beaucoup plus de participation orale. Normalement, le travail oral compte pour 50% de la note. On reçoit pour chaque semestre un bulletin scolaire alors qu’ici, et c’est une très grande différence, les parents peuvent regarder les notes de leurs enfants par le biais d’internet. Ce n'est pas du tout possible en Allemagne! Le système des notes est également différent : de l'école maternelle jusqu’au collège on reçoit des notes entre 1 et 6 (1=excellent, 6= insuffisant), et au lycée, entre 1 et 15 (1= insuffisant, 15= excellent).

J'ai l'impression que presque personne ne prend le vélo en France, pas même pour aller au lycée ! En Allemagne, il y a beaucoup plus de cyclistes.

Au lycée, en France, on choisit entre les séries L,S ou ES. En Allemagne, ça n'existe pas! Au "Gymnasium" (comparable au lycée), on choisit chaque matière, donc on peut passer son "Abitur" (baccalauréat) par exemple en Physique, Economie, Latin, Histoire et Arts. Il n’y a que les Mathématiques et l'Allemand qui soient obligatoires! Par ailleurs, on nous propose des cours en Musique et en Arts, et on a des cours de Religion (on peut choisir entre catholique et évangélique).

Vous le voyez, il y a de très grandes différences entre les systèmes scolaires français et allemand! Tout cela était déconcertant pour moi à la rentrée... Mais à présent, j'ai trouvé de bons amis et je me suis habitué à la culture française.

D’ailleurs, la France me plaît beaucoup! Je suis déjà parti en vacances en France et j’apprécie la langue et l’esprit français. Je suis arrivé ici pour découvrir votre culture et pour perfectionner mon français! Je suis donc très heureux d'avoir la chance d'être parmi vous au lycée des Flandres pendant un an…

vendredi 10 décembre 2010

Forum des métiers et des formations

Le vendredi 10 décembre 2010 après-midi
Forum des métiers et des formations
Découvrez le diaporama de présentation ici.

jeudi 9 décembre 2010

Au collège des Flandres, une action de prévention contre la violence dans les stades

Aux cours de ces dernières années, de nombreux problèmes comportementaux sont apparus sur et autour des stades (violences de toutes sortes, racisme, xénophobie, homophobie, sexisme). Face à la recrudescence de tels actes dans des lieux où le fair-play, la solidarité, le respect, l’esprit d’équipe devraient être mis en exergues, la compagnie Le Trimaran et la ligne de Football du Nord – Pas-de-Calais présentent une action pour informer, anticiper des comportements, comprendre et lutter contre ces fléaux auprès de jeunes.

Au plus près du terrain, cette action contribue à mettre en place une politique de réflexions, d’analyses, d’échanges sur nos comportements dans les enceintes sportives. Il s’agit là d’une action de fond et non d’une opération qui mettrait de la poudre aux yeux le temps d’un week-end. Le but est de promouvoir, par une prévention de terrain notamment dans les collèges, les valeurs de tolérance et de respect véhiculées par le sport…

Le thème développé au sein de ce projet et retracé par l’équipe de la compagnie «Trimaran» avec les jeunes est en rapport avec une idée simple : mieux vivre ensemble et mieux se respecter les uns, les autres. Sont abordés ainsi le racisme, le sexisme, les violences physiques, verbales ou psychologiques, les propos homophobes sur et autour des terrains. Par la construction interactive, ce projet veut créer un éveil du principe de solidarité chez chacun.

Pour éviter l’incompréhension et le développement de gestes déplacés, l’objectif d’une telle action est de sensibiliser les jeunes et leur rappeler les valeurs fondamentales du sport (respect de l'autre, complicité du groupe, plaisir du jeu, responsabilité).

A collège des Flandres, le mercredi 8 décembre, une intervention théâtrale s’est déroulée sur 2 heures au profit des élèves de la section sportive « Football » et de quelques élèves membres de l’association sportive. Dans ce temps il a été proposé aux jeunes d’assister à une saynète puis de participer à l’action par le jeu et enfin de débattre avec des professionnels du sport et de la prévention de la violence.

Pour prolonger l’action un maximum d’élèves à été encouragé à réapproprier le thème et à s’exprimer par le dessin, les meilleures productions étant destinées à être publiées dans un recueil.

http://www.letrimaran.com/index.php?page=page_action&id_action=1



Dans la presse :

L'Indicateur
"Au collège des Flandres : Une action de prévention contre la violence dans les stades"
(Source : Indicateur - 15/12/2010)

mercredi 8 décembre 2010

Flashmob

Au lycée des Flandres, 37 lycéens décrochent la certification « Cambridge » en anglais.

Le plan de rénovation des langues vivantes prévoit depuis plusieurs années
la mise en place d'une certification des connaissances et compétences
acquises en langues étrangères. Cette certification est établie sur la base
des programmes d'enseignement en vigueur et évalue les niveaux A2 (niveau
cible pour l'obtention du socle commun au collège) et B1 (fin de la
scolarité obligatoire) du Cadre Européen Commun de Référence pour les
Langues (CECRL).

Pour l'année 2009-2010, au lycée des Flandres, des certifications ont été
proposées en anglais avec le concours de l'Université de Cambridge, aux
élèves de seconde volontaires qui suivent l'enseignement de la section
européenne encadrés par Madame Roussel et Madame Sens professeures
d'anglais, et Monsieur Berlot, professeur d'histoire-géographie bilingue.

Le test, qui intègre l'élément culturel de la vie quotidienne, évalue les
compétences réceptives (compréhension écrite et orale) ainsi que les
compétences productives (expression écrite et orale). Il est basé sur le
principe de l'évaluation positive qui mesure la capacité des candidats à
utiliser les différentes structures et fonctions linguistiques en situation
réelle. L'évaluation positive récompense ainsi la capacité de l'élève à
communiquer sans pour autant pénaliser chaque erreur de grammaire. Il donne
de la valeur ajoutée à la formation en permettant à une proportion
significative de lycéens d'obtenir une certification internationale de leur
niveau en langue anglaise et de s'en prévaloir lors de la recherche d'un
stage, d'un job d'été ou d'un emploi.

Au lycée des Flandres, 37 élèves volontaires ont suivi l'intégralité des
tests et ont tous décroché leur certification : 22 pour le niveau A2 et 15
pour le niveau B1. Ils se préparent dés maintenant pour le bac 2012 qu'ils
espèrent décrocher avec la « mention européenne ».

Une cérémonie a été organisée dans l'établissement le 7 décembre pour
procéder à la remise de leur diplôme délivré par l'université de Cambridge.

lundi 6 décembre 2010

Concert de Noël du groupe LGV

Le concert de Noël du groupe LGV aura lieu le jeudi 16 décembre 2010 à 18h00
au restaurant scolaire.
Retrouvez le LGV (Le Groupe Vocal) sur sa page Facebook.

vendredi 3 décembre 2010

Au lycée des Flandres on se mobilise contre le SIDA

Au lycée des Flandres on se mobilise contre le SIDA

Pour le 1er décembre 2010, journée mondiale contre le SIDA, les élèves du club santé du lycée des Flandres animé par Madame Barbey, infirmière scolaire et Mesdames Debailleul, Delory et Milon, conseillères principales d’éducation, avaient décidé d’utiliser les grands moyens pour sensibiliser leurs camarades.

Après avoir passé de nombreuses heures à préparer des affiches, messages de prévention et cocardes rouges de toutes les tailles y compris une de plusieurs mètres qui a pavoisé la façade du lycée pendant toute la journée, les jeunes du club se sont mis à la disposition pour les inciter à prendre connaissance des nombreux documents confectionnés et leur distribution le matériel de prévention mis à disposition par les partenaires de la journée.

Un forum organisé pendant toute la matinée a donc permis de répondre aux nombreuses questions et de faire participer les élèves à une tombola après réponse à un questionnaire sur le SIDA.

Temps fort de la matinée, plusieurs dizaines d’élèves revêtus d’un t-shirt rouge ont formé une immense cocarde rouge dans la cour du lycée pour attirer encore plus l’attention de leurs camarades.

Dans la presse :

L'Indicateur
"Mobilisation contre le sida"
(Source : Indicateur - 08/12/2010)

Lavoixdunord.fr

"Au lycée des Flandres, on se mobilise contre le SIDA"
(Source : VDN - 06/12/2010)


lundi 29 novembre 2010

Des élèves du lycée des Flandres participent à la collecte pour la banque alimentaire.

Les 27 et 28 novembre, 26 élèves du lycée des Flandres ont apporté une aide bénévole à la collecte nationale pour la banque alimentaire, au centre commercial carrefour d’Hazebrouck.

La banque alimentaire.

Les 79 Banques Alimentaires sont des associations loi 1901 à but humanitaire. Elles sont non gouvernementales, apolitiques et non confessionnelles. La Fédération qui les regroupe est une association de bienfaisance. Elle a pour mission de coordonner leurs actions, d’animer le réseau et de les représenter auprès des pouvoirs publics et des partenaires nationaux.

Les Banques Alimentaires collectent, gèrent et partagent des denrées alimentaires pour aider l’homme à se restaurer. Leur action se fonde sur la gratuité, la lutte contre le gaspillage, le don, le partage, le bénévolat et le mécénat.

L’histoire

En 1984, face à la montée de la pauvreté, plusieurs associations caritatives se réunissent pour créer, selon le modèle des Food Banks américaines, la première Banque Alimentaire française à Paris. Aujourd’hui, en France, les Banques Alimentaires, départementales ou régionales, couvrent pratiquement la totalité du territoire. Sur le même principe, des Banques Alimentaires se sont développées dans 17 pays d’Europe et regroupées en fédérations nationales. Ces dernières sont réunies au sein de la Fédération Européenne des Banques Alimentaires, FEBA

Pour en savoir plus : http://www.banquealimentaire.org/

De Steinfurt à Hazebrouck

Bonjour tout le monde,
Je m'appelle Eva Pelke, j'ai 17 ans, je suis en 1ère ES1 au lycée des Flandres, et je viens de Steinfurt, une ville d'Allemagne dont le nombre d'habitants avoisine celui d'Hazebrouck. Steinfurt est très près de la frontière néerlandaise et se trouve à environ 2 heures au nord de Cologne.
Pendant mon temps libre, je joue de la flûte traversière dans un orchestre et je prends des cours de danse. Par ailleurs, j'aime me retrouver avec mes amies, faire du shopping et aller au cinéma.
La France et le français m'intéressent depuis toujours. Je suis venue pour perfectionner mon niveau de langue, pour découvrir le mode de vie des Français et en particulier celui des adolescents. Ici, j'habite dans un petit village près d'Hazebrouck, qui s'appelle Borre, chez une adorable famille d'accueil.
Bien que la France soit frontalière de l'Allemagne, j'ai déjà remarqué beaucoup de différences entre ces deux pays.
C'est par exemple très difficile et vraiment inhabituel pour moi de rester à l'école jusqu'à 17h30. En effet, en Allemagne je finis au plus tard à 14h00. C'est pourquoi c'était une aventure pour moi de manger pour la première fois dans une cantine ! Normalement, je mange à la maison… Les cours ici sont plus longs (55minutes contre 45 en Allemagne) et j'ai eu un peu de mal à la rentrée à comprendre mon emploi du temps qui m'a semblé très compliqué ! A titre de comparaison, je vais vous présenter un extrait de mon emploi du temps allemand. Voici par exemple la journée du lundi : je commence à 7h50 avec 45minutes de Maths. Après on a 5 minutes de pause, puis j'ai 45 minutes d'Espagnol et après c'est la "grande récréation" de 20 minutes. Ensuite j'ai cours de religion, 5 minutes de pause, deuxième cours de religion, "deuxième grande récréation" de 15 minutes, de l'Allemand, 5 minutes de pause, encore un cours d'Allemand et je finis les cours à 13h10.
L'après-midi je peux consacrer du temps à mes passe-temps favoris et je fais mes devoirs. Dans mon lycée on a toujours au moins 5 minutes de pause après chaque cours, pour aller aux toilettes et pour changer de salle de classe.
Une journée scolaire comme cela, c'était normal pour moi ! Maintenant je peux m'imaginer que ça peut sembler bizarre pour un élève français… Une autre différence que j'ai remarquée, c'est qu'ici presque personne ne se rend au lycée à vélo. A Steinfurt, plus de la moitié des élèves le prennent… et même beaucoup de professeurs !
Je crois que j'ai déjà beaucoup appris et que j'ai rencontré beaucoup de gens qui me tiennent à cœur. J'espère que je ferai encore de nombreux progrès en français et que je garderai le contact avec mes amis français. Je ne regrette pas d'être venue, je suis contente de passer six mois ici et je reviendrai avec plaisir. Auf Wiedersehen! ;)

Aéronautique : Remise de diplômes à la cité scolaire des Flandres

Jeudi 25 novembre, au lycée des Flandres, les élèves lauréats de la session 2010 du Brevet d’Initiation Aéronautique ont reçu leurs diplômes.

Le Brevet d'initiation aéronautique (BIA) est un diplôme national français délivré conjointement par le Ministère de l'Écologie, du Développement durable et des transports, et par celui de l'Éducation nationale. Il sanctionne une culture générale dans le domaine aéronautique et s'adresse à des élèves âgés d'au moins 13 ans à la date de l'examen. La formation a lieu soit dans un aéro-club, soit dans un établissement scolaire. Au collège des Flandres elle est assurée en collaboration avec l’aéro-club de Saint-Omer par Monsieur Minaud, professeur d’Histoire-géographie, au bénéfice de tous les élèves volontaires de la cité scolaire. L'examen, organisé chaque année par l’académie de Lille et se déroule à la mi-mai. Il prend la forme d'un QCM de 100 questions qui portent sur cinq thèmes (20 points par thème) dont la connaissance des aéronefs, l’aérodynamique et la mécanique du vol, la météorologie, la règlementation, la navigation, la sécurité des vols, et l’histoire de l'aéronautique et de l'espace.

L'obtention du BIA apporte une connaissance en aéronautique qui correspond sensiblement au quart des connaissances requises pour le brevet de pilote privé (PPL) ainsi que pour le brevet de pilote de planeur (BPP, vol à voile) et permet d’avoir des facilités pour l’obtention de bourses attribuées par la Fédération nationale aéronautique (FNA) ou par la Fédération française de vol à voile (FFVV). Ces dernières permettront d’obtenir le brevet de base ou le brevet de vol à voile pour un coût réduit.

Pour la session 2010, 85% des élèves présentés par le collège et le lycée des Flandres ont réussi l’examen. Il s’agissait de collégiens des classes de 4ème et de 3ème, de lycéens de la filière scientifique et de quelques étudiants de la section de techniciens supérieur « Aéronautique ». La réussite à ce diplôme a permis aux lauréats d’effectuer un vol de 30 minutes avec un instructeur de l’aéro-club de Saint-Omer.

A noter que l’un des étudiants, déjà titulaire du BIA, a obtenu le certificat d’aptitude à l’enseignement de l’aéronautique (CAEA), lui permettant d’assurer le rôle d’instructeur dans le domaine de l’aéronautique et de l'espace.

Dans la presse :

L'Indicateur
"Aéronautique - Remise de diplômes à la cité scolaire"
(Source : Indicateur - 02/12/2010)

lundi 22 novembre 2010

Bientôt le retour en Pologne pour Anna-maria.

Anna-Maria Konopka est en 1ère ES1 au lycée des Flandres depuis a rentrée de septembre. A quelques jours de son retour en Pologne, elle nous parle de son expérience en France.

 

Je m’appelle Anna-Maria Konopka, j’ai 16 ans et je viens de Pologne. J’habite dans une grande ville industrielle, près de Cracovie, qui s’appelle Katowice. Je m’intéresse à l’art; j’aime dessiner et peindre. J’adore l’histoire des arts…

En Pologne, je suis scolarisée dans un lycée bilingue. J’ai 6 heures de français par semaine et plusieurs matières me sont enseignées dans cette langue : l’histoire, la biologie, les mathématiques, la géographie.

Je ne passe ici que 3 mois à cause ma scolarité. En effet, un plus long séjour m’obligerait à redoubler mon année scolaire. Je voyage beaucoup, mais c’est la première fois que je pars si longtemps. En ce qui concerne le déroulement de la scolarité, j’ai noté de nombreuses divergences entre nos deux pays. Ici, la journée au lycée est très longue et c’est parfois difficile pour moi de suivre le rythme. En Pologne on n’a pas tout à fait les mêmes disciplines et je trouve qu’elles sont plus générales qu’ici. Il y a 15 matières : le polonais, le français, l’anglais, les mathématiques, les sciences économiques et sociales, l’histoire, la géographie, la physique, la chimie, la biologie, le sport, la religion, l’informatique, la technologie et enfin une matière couvrant la culture/ les arts plastiques/la musique. La scolarité au lycée dure 3 ans et on peut choisir des options mais les 15 matières que je viens d’énumérer restent la « base » (elles sont obligatoires pour tous les élèves). Autrement dit, on n’a pas de divisions par séries comme c’est le cas en France.

Donc par exemple si je choisissais l’option « polonais » (ce qui équivaudrait à un bac L), je devrais suivre malgré tout le cours de mathématiques. Ici, à cause de la division entre les séries, j’ai le sentiment que l’on apprend seulement les matières que l’on a choisies. Les connaissances des élèves sont donc moins « générales » qu’en Pologne.

Pendant ces 3 mois je vis dans une famille à Steenvoorde. Je découvre la culture française : la musique, les hobbies des jeunes français, la nourriture bien sûr.  Des modes de vie différents…

En Pologne, on mange à des horaires différents et … remarquablement moins! Dans mon pays d’origine, je ne mange que deux fois par jour (le petit déjeuner puis le dîner vers 16 heures). Je trouve que les gens ici s’intéressent davantage à la politique que les Polonais et qu’ils font plus de manifestations. Mais dans le fond, je pense qu’il n’y a pas vraiment beaucoup de différences entre la France et la Pologne : ce sont tous deux des pays européens !

Je crois que ce séjour en France m’offre la possibilité de rencontrer des gens et me permet de bien maîtriser la langue. Je pense que cela m’aide également à être plus responsable et plus indépendante. Je suis convaincue que je n’oublierai jamais cette expérience!

 

En route vers Sciences Po !

Au lycée des Flandres, En route vers Sciences Po. !

 

               

Mobilisé dès la première édition du programme d’études d’intégré (P.E.I.) mis en en place par l’Institut d’études politiques (Sciences Po.) de Lille depuis quatre ans,  le lycée des Flandres sera représenté par cinq élèves de la filière Economique et Sociale (E.S.). Ce programme permet aux élèves qui ont été sélectionnés sur dossier et après un entretien qui s’est déroulé au sein de cette prestigieuse grande école de bénéficier d’une aide méthodologique pour affronter les épreuves du concours commun d’entrée organisé par cinq Institut d’Etudes Politiques dont celui de Lille. Il s’agit pour les futurs candidats qui disposent d’un code d’accès personnel au site de sciences Po. d’effectuer des devoirs, des exercices, des galops d’essais afin d’être armés pour les trois épreuves d’admission. Un travail important les attend mais leur motivation est forte et ils comptent bien intégrer Sciences Po. comme leurs prédécesseurs lors des sessions antérieures. Afin de les aider dans leur tâche, un dispositif a été mis en place par la direction au sein de l’établissement : il consiste à offrir les conditions matérielles pour pouvoir accéder au site de l‘IEP de Lille,  réaliser et faire parvenir les travaux aux professeurs de Sciences Po. qui les évalueront.  De plus, une aide méthodologique leur est offerte au sein de l’établissement afin de les aider à les mener à bien. Cette aide leur est apportée par Madame Sandrine Vangrevelynghe et Monsieur Dominique Szczesny tous deux professeurs de sciences économiques et sociales très impliqués pour la réussite de leurs élèves.

 

lundi 15 novembre 2010

Le collège des Flandres toujours présent au conseil départemental des jeunes.

Le Conseil départemental des jeunes (CDJ) du Nord a été créé en 1990 par Bernard Derosier, Président du Conseil général. Il s'agissait de permettre aux jeunes collégiens de s’exprimer sur les politiques qui les concernent et être force de proposition auprès des élus adultes mais également des services départementaux.

Le CDJ fut la première assemblée junior, en France, à un niveau départemental. Au fil des années, de nombreux Départements ont suivi l’exemple du Nord, ce qui permet au CDJ du Nord d’être une référence en la matière.

Depuis sa création, le Conseil départemental des jeunes a su prendre une place importante au sein du Conseil général du Nord, au moins par la pertinence des propositions émises par les collégiens. La responsabilisation, l’implication des élus juniors accompagnées par la volonté politique du Président et le partenariat avec les collèges permettent à ses membres de s’impliquer pleinement dans leur mandat.

Sorte de Conseil Général fait pour et par des jeunes, le CDJ est composé de collégiens du Nord élus pour 2 ans par d’autres collégiens.

Ces élus se réunissent régulièrement pour voter et mettre en place des actions qu’ils jugent importantes. Des actions importantes pour les jeunes, mais aussi pour les Nordistes en général et même au-delà. Le rôle du CDJ est donc de permettre aux jeunes de faire entendre leur voix et leurs idées. Mais pour les dizaines de collégiens élus qui en font partie, c’est aussi l’occasion de découvrir en pratique comment  la démocratie française fonctionne et prend ses décisions.

A travers leurs actions, les élus du CDJ développent leur esprit d’engagement et leur sens de l’initiative. Pour eux, le CDJ est une véritable école de la citoyenneté.

Au collège des Flandres, en remplacement d’Astrid Paccou dont le mandat était arrivé à expiration et qui est maintenant élève de seconde au lycée des Flandres, c’est Amaury Arnaud de quatrième de la classe de quatrième Eisenstein qui a été élu en tant que titulaire par l’ensemble des délégués de classe de l’établissement, avec Stéva Maurice de la même classe pour suppléant.

 

Pour tout savoir sur le CDJ : http://jeunesennord.cg59.fr/

lundi 8 novembre 2010

Les étudiants du BTS Comptabilité au contact de l’entreprise.

Les étudiant du BTS Comptabilité au contact de l'entreprise.

 

Accompagnés de leurs enseignants de spécialité, Madame Tahon et Monsieur Vanhove, les mardi 11 octobre et jeudi 4 novembre, les étudiants techniciens supérieurs de la filière « Comptabilité et Gestion des Organisations» (B.T.S. C.G.O.) du lycée des Flandres, ont eu l'occasion, de visiter deux entreprises issues du tissu industriel Hazebrouckois : Mécameubles et Lener Cordier.

Ces visites ont permis aux étudiants, en visualisant toutes les étapes d'un processus de production, d'appréhender réellement une partie du cours de Comptabilité de Gestion.

Cette discipline, la comptabilité de gestion, cherche à déterminer les différents coûts liés à la production d'un produit afin de déterminer son coût de revient et de fixer son prix de vente.

En visitant Mécameubles, une entreprise spécialisée dans la fabrication de panneaux plaqués, les étudiants ont pu découvrir un métier particulier. Ils savent maintenant comment sont créés les panneaux de bois servant à la création de toutes sortes de meubles moyen-haut de gamme.

Tandis qu'en visitant  Lener Cordier une entreprise spécialisée dans la création et fabrication de vêtements, les étudiants ont découvert l'une des 10 entreprises françaises survivantes de ce secteur d'activité. Ils ont appris que sa survie était due à un recentrage d'activité sur la création de modèles et  à une délocalisation de la production en  Ukraine et au Viêt-Nam, ainsi qu'à un strict contrôle qualité.

Ils ont aussi pu au cours de ces visites constater que malgré la grande mécanisation des tâches il existe encore des emplois ouvriers.

L'accueil chaleureux et le professionnalisme des personnes qui les ont guidés ont permis de réels échanges.

Les étudiants repartiront plus longuement à la découverte des entreprises pendant leurs 8 semaines de stage.